Formulaire d'abonnement
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Instagram Social Icon

Copyright © 2019 CatherineMeyss All rights reserved.

Épisode 3 Justine, responsable Administration des ventes, se sent responsable de la terre entière

Dans cet épisode, Justine, responsable de l’administration des ventes, va pouvoir retrouver sa sérénité professionnelle et familiale. Elle était complètement déprimée, fatiguée, elle se sentait isolée. Elle est allée voir son patron qui a accepté qu’elle profite d’un accompagnement et ils se sont tournés vers moi.


Nous avons effectué quelques séances de coaching et j’ai eu envie de vous partager cet épisode. Mon métier est aussi d’accompagner les membres des équipes commerciales vers plus de sérénité absolument nécessaire dans ce métier. Je précise que comme dans tous les épisodes les prénoms ont été modifiés pour conserver l’anonymat des personnes concernées.


1° La vie de Justine

On va planter le décor de la vie de Julie (Je suis sûre que vous reconnaitrez des décors que vous avez déjà croisés)

2° Les drames de Justine et de bien d’autres !

On va parler du drame du sauveur, du bourreau vengeur et de la victime qui ne veut pas d'aide

3° Humilier quand on veut l’inverse.

Aider parfois c’est humilier ! Là peut-être que certains ou certaines auront un choc !

4° Justine sauve sa peau et son mariage.

On va aider Justine à voir plus loin et plus large pour sauver sa peau et peut-être son mariage


1° La vie de Justine

 Justine est "super gentille", trop pour certains, jamais assez d'après-elle !


Justine est à la fois la vraie gentillesse, pure, bienveillante, toujours prête à aider car c'est comme cela qu'elle se sent vivante et en même temps cette gentillesse de complaisance qui lui fait dire Oui et encore Oui, car pour elle, impossible de prononcer le mot "Non".


J’ai essayé de lui faire prononcer, son corps s’est recroquevillé, elle a rit, et a fini par dire qu’elle n’y arrivera jamais. Je me suis notée de lui proposer dans une séance ultérieure, un coaching de libération de l’empreinte émotionnelle que j’ai vu s’activer devant mes yeux quand je lui demandé de dire « A partir de maintenant je dis « Non » quand je n’ai pas les moyens de faire ce que l’on me demande »)


En début de séance Justine m’a dit, Catherine, « Je ne sais pas si tu pourras m’aider je suis fatiguée, rien ne va, j’ai beau tout faire pour être sympa, personne n’est jamais content. »

Justine m’a raconté ce qu’elle vivait au boulot, à la maison, et nous avons identifié 3 grandes « croyances » et leurs conséquences totalement démoralisantes pour Justine.


-Croyance N°1 : Justine croit qu’elle est responsable des problèmes de la terre entière et donc au boulot, des problèmes de tout le monde.

Elle dépense beaucoup d'énergie pour régler toute sorte de problèmes dont elle entend parler, même de loin. Par exemple une conversation entre 2 personnes à la machine à café qui ne s'adressent pas à elle, arrive à ses oreilles et elle sent immédiatement son âme de justicière prendre le contrôle, elle doit intervenir, elle a surement la solution ! Si elle ne fait rien, elle se sent mal et n’arrête pas de penser qu’elle aurait pu aider.


-Croyance N°2 : Justine croit que les gens qu’elle aide devraient la remercier et être heureux de tout ce qu’elle a fait pour eux. S’ils ne la remercient pas c’est peut-être qu’elle n’en a pas fait assez.

Le plus souvent on ne la remercie pas de sa gentillesse. Le plus souvent elle aide des personnes qui ne lui ont rien demandé. Elle souffre énormément de ce manque de retours et essaie d'être encore plus gentille et serviable. Bizarrement selon elle, certaines personnes qu'elle essaie d'aider, deviennent de moins en moins sympas avec elle.


-Croyance N°3 : Justine croit qu'on l'aime seulement si elle accepte de faire ce qu'on lui demande. Elle croit que si elle refuse l’autre ne va pas apprécier et que ça posera des problèmes pour la suite de leur relation.

Donc même quand elle est épuisée, même quand elle est débordée, même quand elle s'est déjà engagée sur autre chose, elle accepte et pense qu'elle va se transformer en Elasti-girl capable de rendre le temps élastique et qu'elle va pouvoir tout faire. Tant pis, elle partira plus tard, arrivera plus tôt, ne déjeunera pas, elle trouvera des solutions !

Elle pense que c’est sa mission depuis toujours de trouver des solutions pour chacun !


Avec les années, elle commence à fatiguer de porter le poids des problèmes de tout le monde sur son dos, de manquer totalement de la reconnaissance qu'elle cherche à obtenir en se comportant comme cela. Elle a tendance à se plaindre plus souvent.


De temps en temps, elle croise d'autres « Justine » qui en entendant ses plaintes essaient de l'aider. Elle s’énerve, elle n’a rien demandé à personne et rejette leur aide.

Elle supporte mal l'intrusion de ces gens qui veulent lui donner des conseils et qui se plaignent ou la critique ensuite. En rentrant chez elle, elle se plaint à son mari, les critique à son tour toute la soirée, et souvent ça l’empêche de dormir.


Justine est Responsable de l’administration des Ventes Chez Chaussettes et Cie, entreprise que vous commencez à connaitre un peu grâce à Gérard dans l' épisode 1 et Julien dans l’épisode 2 de la série Commercial qui rumine CA qui décline, Commercial qui s'amuse CA qui décline.


A ce stade, vous vous dites peut-être, « Catherine mais tu coaches tout le monde chez Chaussettes ? » La réponse est, je coache toutes celles et ceux qui ont envie d’être au meilleur de leur moral pendant le temps qu’il passe chez Chaussettes.

Chaussettes est une entreprise avant tout commerciale et le dirigeant et moi avons fait ce pari fou de faire monter le Chiffre d’affaires de Chaussettes en aidant d’abord les gens à être heureux le plus souvent possible et inquiet, stressé ou angoissé le moins souvent possible !

Justine a accepté de se faire coacher pour se sentir plus sereine au travail et dans sa vie en général.

Justine, travaille en équipe avec Caroline et Christelle dont elle a la responsabilité et qui sont assistantes ADV (administration des ventes).


Justine

Ce sont des personnes qui occupent un poste stratégique, en leur absence, les commerciaux et commerciales terrain sont parfois un peu perdus…





2° Les drames de Justine et de bien d’autres


Justine adore son job, elle est très motivée pour retrouver sa sérénité. Christelle et Caroline sont arrivées il y a 1 an. Au début, elles étaient très complices toutes les 3, mais depuis quelques temps, Justine se sent mise à l’écart, ses collègues refusent son aide et Justine passe par toutes sortes de suppositions toutes plus négatives les unes que les autres et a perdu sa capacité de concentration. Elle a l’impression de passer sa vie au bureau, isolée. Elle se sent seule, fatiguée et triste.


Lors de la première séance nous n’avons pas utilisé le mot « Croyance ». J’ai juste écouté Justine me raconter la situation et nous avons trouvé 3 grands sujets et un quatrième qui pointait le bout de son nez.


Dans ma tête, je me suis dit, voilà un magnifique exemple de triangle dramatique. Comme sont nom l’indique le triangle dramatique est dramatique comme la situation de Justine à ce moment-là !

Voilà une image du triangle extrait de "Boostez votre carrière professionnelle avec le mind mapping".



Le triangle de Karpman ou triangle dramatique est un outil de l’analyse transactionnelle. Je ne suis absolument pas spécialiste de l’analyse transactionnelle.


En revanche, je suis entrée souvent dans le triangle dans ma vie par la case sauveur avant de le réaliser et de décider de changer. Je ne connaissais pas ce mécanisme. Je croyais bien faire, je souffrais, comme Justine. Je ne comprenais pas pourquoi les gens étaient si peu reconnaissants de l’énergie que je déployais pour eux.


Un jour, il y a des années, en écoutant un livre audio, j’ai percuté, j’ai compris que les personnes autour de moi ne voulaient pas être aidées de force. Elles voulaient seulement qu’on réponde à leurs attentes quand elles en avaient. Ni plus, ni moins.


Le triangle dramatique c’est une situation qui se joue à trois au moins :


Il y a un sauveur qui veut absolument aider sans qu’on ne lui ait rien demandé des personnes qu’elle va transformer en bourreau ou victime.

Il y a une victime qui se plaint et attire des sauveurs ou des bourreaux, elle peut aussi se plaindre du sauveur ou du bourreau,

Il y a un bourreau ou persécuteur souvent en colère contre « le sauveur de force » ou les victimes qu’elles trouvent mielleuses.


Je m’excuse auprès de Monsieur Karpman si j’ai déformé son triangle. Ce que je raconte est issu de mes constats personnels dans la vie réelle plus que de théories apprises dans des livres. Et je remercie d’avance les théoriciens qui voudront ajouter à mon article leurs éclairages.


J’ai constaté donc que dès qu’une personne endossait une de ses vestes, elle attirait les 2 autres et le drame pouvait se jouer. J’ai aussi constaté que les rôles changeaient.

Un sauveur passant rapidement en victime quand il n’avait pas la reconnaissance attendue puis en bourreau vengeur après s’être plaint un moment.


J’ai vu que des victimes passaient assez souvent en bourreau vengeur sous une nouvelle émotion de colère ou de détresse, puis parfois tentaient ensuite de régler la situation dégradée en prenant la place du sauveur.

J’ai vu des bourreaux crier sur tout le monde en pensant sauver le monde et en se plaignant de l’inefficacité !

On ne sait pas toujours qu'elle est la place exacte de quelqu'un dans le triangle d’autant qu’on changer de rôle à tout moment. En revanche, une fois qu’on connait ce mécanisme on peut repérer très vite quand les drames se jouent et tenter d’aider les personnes à en prendre conscience et décider de ne plus jamais jouer aucun de ces rôles !


3° Humilier quand on veut l’inverse


J’ai lu aussi Lise Bourbeau il y a un moment et ses fameuses 5 blessures dont la blessure d’humiliation (extrait de la description par Lise Bourbeau : Celui qui vit sa blessure d'humiliation fait tout pour ne pas être libre, donc devient très serviable et s'occupe des besoins de ses proches avant les siens.), qui m’a profondément marquée. Là aussi je présente d’avance mes excuses à Mme Bourbeau car je vais probablement déformer ces propos en parlant de ma propre expérience.


Voyez-vous, j’ai compris en la lisant que quand on empêche une personne d’être elle-même, cela veut dire que l’on estime peut-être qu’elle n’est pas capable de se débrouiller sans nous. En tout cas cela peut être perçu comme tel. Cette personne qui m’impose son aide m’humilie en me renvoyant à mon incapacité.


Quand ce déclic s’est fait dans ma tête je me suis empressée de parler du triangle et de l’humiliation à mon fils bien aimé, qui s’énervait ou se plaignait sans cesse de toutes les attentions que j’avais envers lui. J’ai fait mon mea culpa de mère sauveuse humiliante, et demandé à mon fils de m’avertir dès que d’après lui j’entrai dans le triangle ou qu'il se sentait diminué par mes attentions et ai du jour au lendemain transformée notre relation « fusionnelle stressante » en relation d’adulte à adulte extrêmement apaisée et enrichissante.


Voilà pourquoi je crois vraiment en cette prise de conscience et que je me dis qu’il serait bon de présenter ce fameux triangle à Justine.


4° Justine sauve sa peau et son mariage


Il arrive que ce soit plus facile en séance de faire un dessin (Dans cette situation le triangle) et d’expliquer les rôles et les conséquences et de demander à la personne coachée ce qu’elle pense de ce schéma et d’attendre (Un gros silence).

Pour Justine, après un long moment, elle s’est mise à pleurer.

Je précise à ce stade, que pour moi, pleurer est un mécanisme naturel du corps qui a son utilité, et qu’à ce moment là j’ai accueilli les pleurs de Justine avec le plus de bienveillance possible et nous avons simplement attendu qu’ils s’arrêtent avant de reprendre notre conversation.


J : « Ok, Catherine, j’ai compris, je vis dans le triangle et le nourris en permanence, mais je ne sais pas faire autrement. J’ai vraiment besoin de me sentir utile et aimée par les autres. »

C :« Justine, quel pourrait être notre objectif de coaching à partir de maintenant ? »

J : « Je veux trouver comment être utile sans générer du stress chez les autres » « Je veux respecter les attentes des autres »

C : « Ok Justine, je note ces objectifs pour nos prochaines séances. Tu me parles de respecter les attentes des autres, et que penses tu de trouver comment respecter aussi les tiennes, en apprenant à parfois refuser des demandes ? »



J : « Je sais que je ne sais pas refuser à mon travail et mon mari me le reproche beaucoup et c’est aussi tendu entre nous à cause de cela, j’aimerai trouver l’équilibre pour que ma vie professionnelle ne mette pas en péril mon mariage. »


C : « Avec ce que nous avons appris aujourd’hui toutes les deux, que peux tu faire d’ici notre prochain rdv ?

J : « Je peux observer les triangles dramatiques que je joue dans ma vie et essayer de ne pas jouer le jeu ? » "Je peux aussi essayer de proposer mon aide mais de ne pas l'imposer"

C : « Oui ce sont pistes très intéressantes. Note, sans jugement sur toi-même ou les autres, tout ce que tu observes cette semaine. Envoie-moi par mail tes observations avant notre séance d’accord ?

Et vous participez-vous à des triangles dramatiques sans vous en rendre compte ?

A vos observations chers lectrices et lecteurs, vos témoignages seront précieux pour d’autres.

Ces observations ont déjà soulagé la vie de nombreuses personnes !


A bientôt de vous lire,

Catherine


Crédit Photo : Bastide Malauguo

#relaxation #détente #confianceensoi #liberté #légèreté #force #émotions #focalisations #intentions #intentioninterne #révolutionintérieure #révolutionpersonnelle #changersavie #sérénité #peur #tristesse #colère #gestiondesémotions #joie #êtresoi #authenticité #boostersonmoral #aimersavie #projetdevie #amourdesoi #estimedesoi #espoir #croyances #developpementpersonnel #libérationdelego #superboy #supergirl #jemerevolutionne