Episode 4 Justine Renoue avec son équipe grâce au coaching Partie 2/2

Mis à jour : 4 janv. 2019

Dans cette épisode, Justine va pouvoir :


I-Renouer avec son équipe, grâce au coaching


II-Trouver les outils pour équilibrer son emploi du temps professionnel et familial et apprendre à mieux gérer les demandes des autres.


III-Se libérer définitivement de l’empreinte émotionnelle qui s’activait à chaque fois qu’elle voulait dire « non ».


Comme d’habitude les prénoms ont été changés pour préserver la confidentialité absolument indispensable pour maintenir une relation de coaching de qualité.


ÉPISODE PRÉCÉDENT

Rappelez-vous, dans l’épisode précédent, Justine, était fatiguée, déprimée, isolée et son patron (Jean-Pierre Le Big Boss de Chaussettes et Cie) qui avait connu Justine sous de meilleurs jours, avait accepté de lui offrir un accompagnement en coaching pour l’aider à retrouver son entrain et lui éviter de sombrer dans un burn out général !


Justine était confrontée à plusieurs problématiques :


La première était qu’elle se coupait en quatre en permanence pour trouver des solutions à tous les problèmes de tout le monde même quand on ne lui avait pas demandé.


La deuxième que chacun et chacune dans l’entreprise (pas que l’équipe commerciale) avait pris l’habitude que Justine dise toujours « Oui » à tout, et chacun lui déléguait des tâches qui ne relevaient pas forcément de ses fonctions. Justine était la super Woman de service (pardon l’Elasti-girl), quand quelqu’un avait besoin de quelque chose c’est à elle ou à son service que chacun faisait sa demande ! J’ai même entendu qu’elle aimait ça !


La troisième problématique était que son mari lui avait fait part de son agacement face à ses journées à rallonge qui se terminaient en plus par des plaintes en rentrant à la maison et parfois par des disputes.


A la fin de l’article précédent, Justine a découvert le triangle dramatique (Un outil de l’analyse transactionnelle) et a reconnu qu’elle vivait régulièrement les situations décrites par le triangle notamment en entrant pas la case sauveur. Elle a accepté d’observer sa vie jusqu’à la séance suivante.


I.JUSTINE RENOUE AVEC SON ÉQUIPE

Je vous livre ici un extrait de la séance suivante où Justine va pouvoir renouer avec son équipe et apprendre à gérer les demandes des autres en se respectant elle même :



Justine

J: « Catherine, cette semaine a été particulièrement étrange, c’est comme si j’étais là et pas là en même temps. J’ai observé mes collègues Caroline et Christelle et me suis retenue coûte que coûte d’intervenir dans leur travail, d’imposer mes idées ou mon aide. Je me suis dit qu’elles pouvaient vivre sans moi. C’était très déstabilisant. »


C: »Déstabilisant ? C’est à dire?


J: « Ça m’a rendu encore plus triste, je ne sais pas si c’est bon pour moi ou pas. C’est un peu le même état que quand j’ai arrêté de fumer. »


C: « Quand tu as arrêté de fumer était-ce bon pour toi?


J: »Oui !! Au début c’était très compliqué de m’habituer et de lutter contre l’envie de prendre une cigarette, mais maintenant je suis super contente ! »


C: » Dans la situation actuelle, comment peux tu faire pour voir si c’est bon pour toi ? »


J: »Il faut que je continue, que j’aille plus loin, je n’ai pas le choix. »


C: « Tu n’as pas le choix? »


J: »Si j’ai le choix, mais je veux essayer ! »


C: »Que vas-tu faire ? »


J: »Je ne sais pas comment leur dire que je suis là pour elles si elles ont besoin d’aide et je ne veux pas leur imposer de l’aide. »


C: »Tu me le dis très bien à moi :-) »


J: »Oui, mais ce n’est pas pareil, avec elles c’est comme si quelque chose avait été brisé (bien avant le coaching) et qu’elles ne supportaient plus que je leur adresse la parole. Et puis il y a les commerciaux et le reste de l’entreprise qui me demandent sans cesse de les aider, c’est toujours urgent,  mon mari qui râle et je ne sais pas comment refuser chaque demande. Mes problèmes se mélangent….. Mais je dois te dire que je me sens super bien d’être accompagnée, car je pense qu’on va y arriver ! Je ne m’attendais pas à ce que le simple fait d’avoir un coach soit si reboostant sur le moral ! Je me sens moins seule et ça me donne de la force. »


C: »Merci de ce témoignage de confiance Justine. Le coach sert aussi, tu as raison, à générer en toi de l’énergie de l’action, difficile parfois à générer seul(e). C’est génial que tu m’en parles. »


C: »Puisqu’on parle d’action, que penses tu de prendre un peu de recul et de lister l’ensemble de ce que tu pourrais faire pour aborder le sujet avec ton équipe ?


J: »Ok »


C: »L’idée c’est que l’on note tout ce qui vient et on refera un tri après idée après idée de ce qui est faisable ou pas, si nécessaire. C’est bon pour toi ?


J: »Ok »


C: « Je te propose d’écrire pour toi  et de ton côté que tu réfléchisses les yeux fermés car souvent on a plus d’idées les yeux fermés.Ok ?


J: »Ok »


C: « Imagine que tu vas leur parler, comment peux-tu t’y prendre?


J: »Je peux leur donner rdv à chacune »


C: »Ok, est-ce la seule possibilité ? »


J: »Je peux aussi faire une réunion avec les deux. »


C: Ok, vois-tu une autre manière de faire ?


J : »Je peux les inviter à déjeuner. »


C: »Autre chose?


J: « Je peux peut-être amener le petit déjeuner, mais je crois que le mieux c’est une réunion. »


C: »Ok. J’ai noté les 4 possibilités et ta préférence pour la réunion. »Comment vas-tu t’y prendre pour leur parler? »


J: « Je peux leur dire que si elles ont besoin de moi je suis là. »


C: »Comment te sens -tu avec cette possibilité ? »


J: »Je sens que c’est incomplet, trop court »


C: »A ton avis, qu’est ce qui fait qu’aujourd’hui tes collaboratrices rejettent ton aide, alors qu’au début elles l’accueillaient?


J: »Elles en ont assez de mon aide ! »


C: »Y-a-t-il d’autres possibilités?


J: »Elles n’ont plus besoin de moi. »


C: »C’est à dire? »


J: »Elles veulent réussir seules ! »


C: »Quelles pourraient être les autres raisons de rejeter tes interventions?


J: »Je les déconcentre »


C: »Ok, au début d’après toi, pourquoi elles accueillaient bien ton aide? »


J: »Elles avaient besoin de moi. »


C: »Elles avaient besoin de toi ? »


J: »Je leur montrais tout ce qu’il fallait connaître pour qu’elles apprennent leur métier. »


C: »Aujourd’hui, qu’elles connaissent leur métier, de quoi elles pourraient avoir besoin venant de toi ? »


J: »Peut-être que je leur dise que je suis contente de leur évolution. »


C: »(Silence)


J: »Que je leur montre ma confiance. »


C: »Quoi d’autre? »


J: »Que je sois là quand c’est trop compliqué pour elles. »


C: »C’est à dire? »


J: »Et bien qu’elles sachent qu’elles peuvent compter sur moi. »


C: »Ok tu peux faire quoi d’autre ? »


J: »Peut-être que je peux leur demander ce qu’elles attendent? »


C: »Oui, tu peux leur demander leurs nouveaux besoins. »


J: "Je vois, avant elles avaient besoin de moi pour démarrer, maintenant elles ont peut être besoin de moi autrement pour qu’on soient bien ensemble. Il faut que je connaisse leurs besoins pour les respecter, c’est sûr. »


C: »Comment peux-tu t’y prendre? »


J: »Je crois que je vais les réunir, comme on a dit au début et leur demander. »


C: » Je crois qu’on a écrit pas mal de piste et je sens que tu es motivée à programmer cette réunion. Qu’est-ce que tu en dis? »


J: »Absolument »


Je relis l’ensemble des pistes à Justine et Justine me demande de l’aider à préparer son intervention. Je lui propose d’écrire son discours à l’aide du bonhomme OSBD de la communication non violente (Un support tout à fait utile pour être à l’aise dans une intervention comme celle là).


« OSBD » C’est j’ Observe la situation, je note mes Sentiments, je me note aussi mes Besoins pour me sentir bien, et je formule une Demande. Ensuite j’utilise toutes ces informations pour formuler mon discours. (Référence bibliographique Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) Marshall B. Rosenberg (Auteur) Introduction à la communication non-violente

Voilà le discours que Justine a écrit et choisi de prononcer au mot prêt à son équipe dès le lendemain :

« Caroline, Christelle, cette réunion est très importante pour moi, j’ai constaté que j’avais perdu le lien du début avec vous. Je vous ai imposé mon aide quand vous n’en aviez pas besoin, alors qu’aujourd’hui je constate que vous êtes parfaitement autonomes et je vous en félicite. Je suis heureuse de m’en être rendue compte. J’ai besoin de renouer avec vous, et j’aimerai que vous me fassiez part de vos besoins en terme de comportement de ma part pour que l’on reparte sur de bonnes bases. Qu’est-ce que vous en dites ? »

Après le discours, Justine a écouté ce que Caroline et Christelle avaient à dire.


Caroline et Christelle ont été très étonnées et même impressionnées de la prise de responsabilité de Justine.

En quelques jours le lien s’est recréé. Justine a expliqué le triangle à ses collaboratrices qui la taquine de temps en temps avec cela. Elle estime que c’est une bonne chose, car ça lui évite d’y retomber sans s’en rendre compte.





II.UN EMPLOI DU TEMPS RÉÉQUILIBRE ET UNE GESTION PROFESSIONNELLE DES DEMANDES


Elles ont même réussi à aborder ensuite ensemble le sujet des débordements d’horaires qui les contraignaient toutes les trois.

Elles ont pris conscience ensemble que beaucoup de personnes de l’entreprise les prenaient pour leur « maman » et que souvent ça dépassait la liste de leur fonctions officielles et les mettait ensuite dans l’embarras.

On a mis en place des outils concrets de gestion du temps pour qu’elles puissent quoi qu’il arrive respecter leurs horaires de fin de journée et arriver à l’heure dans leur vie familiale.

On a par exemple mis en place un système pour limiter les imprévus, on a appris à gérer les interruptions. Désormais, elles donnent à leurs interlocuteurs des butées de temps réalistes pour réaliser chaque mission qu’elles acceptent.

Par exemple si quelqu’un leur dit « Peux-tu me faire ça c’est urgent » elles savent répondre, « Je peux te le faire pour demain soir. » plutôt que de dire « oui » et de se stresser ensuite.

Elles savent aussi refuser et réorienter quand ça sort de leurs missions officielles et que ça peut déséquilibrer tout le reste de leur organisation.

De cette manière, elles arrivent à tenir tous leurs engagements et se sentent encore plus professionnelles.

On a appris beaucoup de choses sur la gestion du temps, que je me ferai un plaisir de

vous transmettre en formation « Gérer son temps pour mieux atteindre ses buts », une formation sur la gestion du temps et des priorités, excellente que je donne pour le compte du cabinet Crono Concept. Vous pouvez trouver de nombreux témoignages sur mon profil Linkedin.J’adore cette formation, elle a changé la vie de tellement de personnes.










III. JUSTINE SE LIBÈRE DE SON EMPREINTE ÉMOTIONNELLE

Pour finir, comme Justine, avait quand même un problème très émotionnel avec le mot « non » (Rappelez-vous dans le premier épisode elle n’arrivait pas à le prononcer.), elle a accepté une séance de libération de l’empreinte émotionnelle négative liée au fait de ne pas s’autoriser à dire « non ». Cette séance lui a permis de se sentir dorénavant sereine avec la phrase « J’entends votre demande, mais ça va être impossible cette semaine, je peux vous le faire pour… » ou « J’entends votre demande mais à ce jour je n’ai pas les compétences. » ou « J’entends votre demande, mais ce n’est pas de mon ressort, je vous suggère de demander à… »




LE MOT DE LA FIN Mon commentaire personnel


Savoir dire « Non », ce n’est pas envoyer balader les personnes qui font des demandes justifiées.
C’est surtout ne pas dire « oui » quand on en pas les moyens.
Savoir dire « non », ou ne pas dire systématiquement « oui », sert à être un professionnel efficace, capable de tenir tous ses engagements.
C’est être une personne de confiance, car chaque « Oui » sera réellement réalisable dans de bonnes conditions.
Enfin « Savoir dire Non », c’est aussi tout simplement se respecter soi-même, respecter sa santé et se donner la chance de « durer », avec un moral préservé :-).


Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout, de me suivre, de partager mes articles, d’y ajouter vos commentaires, vos compléments d’idées..!


Je vous souhaite à toutes et tous, un bon moral, et une chouette vie équilibrée !


Catherine


#relaxation #détente #confianceensoi #liberté #légèreté #force #émotions #focalisations #intentions #intentioninterne #révolutionintérieure #révolutionpersonnelle #changersavie #sérénité #peur #tristesse #colère #gestiondesémotions #joie #êtresoi #authenticité #boostersonmoral #aimersavie #projetdevie #amourdesoi #estimedesoi #espoir #croyances #developpementpersonnel #libérationdelego #superboy #supergirl #jemerevolutionne





Copyright © 2020 CatherineMeyss All rights reserved.